Mise en place d’une unité de biométhanisation et cogénération

Afin de réduire l’empreinte carbone de l’activité de son usine de Libramont, L’Oréal a financé la mise en place d’une unité de biométhanisation adjacente à l’usine lui permettant d’atteindre une autonomie énergétique à partir de biomasses renouvelables.

Leviers de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES)

noun_Low Fat_3488837Created with Sketch.

Sobriété énergétique et ressources

noun_Ecology_1351672Created with Sketch.

Décarbonation de l’énergie

noun_Energy Efficiency_1362024Created with Sketch.

Amélioration de l’efficacité énergétique

noun_green energy_1112618Created with Sketch.

Amélioration
de l’efficacité en ressources non énergétiques

noun_absorptive capacity_3636324Created with Sketch.

Absorption d’émissions

financement iconCreated with Sketch.

Financement d’émetteurs bas-carbone ou désinvestissement d’actifs carbonés

noun_Climate Change_2531889Created with Sketch.

Réduction des autres gaz à effet de serre

Objectifs recherchés

Rendre l’usine L’Oréal de Libramont autonome en énergie (électrique et thermique) via l’installation d’une unité de biométhanisation/cogénération adjacente au site. 

Depuis sa construction, l’usine L’Oréal de Libramont a initié de nombreuses actions pour répondre aux défis environnementaux. Le programme de développement durable du Groupe, Sharing Beauty with All (qui se donnait notamment l’objectif de réduire de -60% les émissions de CO2 des usines et centrales de distribution du Groupe entre 2005 et 2020) a été moteur afin de penser et concrétiser une transformation fondamentale au niveau de la production et de l’utilisation de l’énergie. 

Le choix s’est porté sur cette technologie afin d’assurer une production renouvelable capable d’atteindre une autonomie énergétique du site (électrique et thermique) à partir de biomasses renouvelables :  

  • L’origine des intrants est la plus locale possible : 50.000 tonnes /an de produits organiques issus de l’industrie agroalimentaire la plus proche possible. Le digestat est quant à lui réutilisé comme amendement en agriculture via des fermes situées dans un rayon max de 50 km ;
  • La surproduction de cette énergie électrique 100% verte est injectée dans le réseau public et permet d’alimenter +/- 5 500 ménages ; 
  • Grâce à cette installation, jusqu’à 13 500 tonnes de CO2/an sont économisées au global (site + injection d’électricité excédentaire sur le réseau).

La biomasse, composée principalement de résidus issus de l’industrie agroalimentaire est introduite dans decuves appelées « digesteurs » (4x 3500m³). Dans ces cuves, des conditions bien particulières permettent à des bactéries de se développer. Ces bactéries vont dégrader cette matière et ainsi générer du méthane. Ce biogaz alimente des moteurs de cogénération qui, couplé à une génératrice, produisent de l’électricité. La chaleur issue des gaz d’échappement et des systèmes de refroidissement des moteurs est récupérée pour les besoins thermiques de l’usine (chauffage bâtiments, production vapeur, eau de process, etc.).  C’est le principe de « cogénération ».  L’aspect unique de l’installation réside dans le fait que l’électricité et la chaleur produites sont utilisées par L’Oréal. La production d’électricité verte étant supérieure aux besoins du site, l’excédent d’électricité (équivalent aux besoins de +/- 5500 ménages) est injecté dans le réseau public. 

La chaleur produite par l’installation de cogénération est utilisée sous différentes formes : 

  • La vapeur qui est nécessaire toute l’année pour la fabrication des produits ;
  • L’eau chaude qui permet de chauffer les bâtiments en période hivernale ; 
  • L’eau chaude assurant le lavage des process  ; 
  • L’évapoconcentrateur  ;
  • Le séchage des boues issues de notre station d’épuration dans une serre solaire avec comme objectif de réduire leur poidsles revaloriser en cimenterie et ainsi réduire nos déchets.   

Cette installation se substitue à nos chaudières et générateurs de vapeur alimentés au gaz naturel et qui assuraient les besoins de l’usineCette solution reste aujourd’hui en back up de la solution de cogénération.  

Scope(s) d'émissions

sur le(s)quel(s) le projet a un impact significatif

  • Scope(s) d’émissions
  • Description et quantification des émissions de GES associées
  • Précisions sur le calcul

Scope 1

Émissions directes générées par l’activité de l’entreprise.

Scope 2

Émissions indirectes associées à la consommation d’électricité et de chaleur de l’entreprise.

Scope 3

Émissions induites (en amont ou en aval) par les activités, produits et/ou services de l’entreprise sur sa chaine de valeur.

Absorption d’émissions

Création de puits de carbone, (BECCS, CCU/S, …)

Émissions évitées

par les activités, produits et/ou services de l’entreprise ou par le financement de projet de réduction d’émissions.

  • Scope 1

Usage de chaleur issue de l’unité de biométhanisation/ cogénération 

  • Quantification 

27GWh/an x 205kgCO2/MWh = 553tonnes CO2 

 *205 kgCO2/MWh= Facteur d’émission du gaz naturel (source : ADEME) 

  • Scope 2

Remplacement de l’électricité prélevée sur le réseau (Belgique) par l’électricité produite par l’unité de biométanisation 

  • Quantification 

10GWh/an 172kgCO2/MWh = 1720 tonnes CO2  

*172 kgCO2/MWh= Facteur d’émission de l’électricité Belgique (source : AIE) 

  • Scope 3 

14GWh/ an x 456kgCO2 /MWh = 6380 tonnes CO2 

 *456 kgCO2/MWh= Facteur d’émission du CO2 évité par injection d’électricité renouvelable dans le réseau  (source locale : fournisseur ou gestionnaire réseau) 

  • Potentiel de production
    -
    Electricité: 24 GWh / an
    -
    Thermique: 27 GWh / an 

Ce système permet une réduction totale au niveau du site jusqu’à environ 7200 tonnes de CO2 / an. 

Remarque : la consommation électrique sur le site n’a pratiquement pas changé depuis l’installation de l’unité de biométhanisation. Cette dernière est de 10 GWh/an, le reste de la production d’électricité est rejeté sur le réseau public.

Les points clés

GroupCreated with Sketch.

Montant de l’investissement réalisé

13 M€

noun_date_1379066Created with Sketch.

Date de démarrage du projet

2009

noun_position_2125941Created with Sketch.

Localisation

Libramont, Belgique.

Niveau de maturité

Test prototype en laboratoire (TRL 7)

Test en réel (TRL 7-8)

Prototype pré-commercial (TRL 9)

Mise en œuvre à petite échelle

Mise en œuvre à moyenne ou grande échelle

Rentabilité économique du projet

Court terme (0-3ans)

Moyen terme (4-10 ans)

Long terme (> 10 ans)

Images / Vidéos

Ce projet a permis de créer des emplois (Effectifs Temps Plein). 

 Il contribue également aux ODD suivants :  

  • ODD 7 : Energie propre et d’un coût durable : 

L’unité de biométhanisation permet la production et l’utilisation d’une énergie 100% verte.  

L’électricité et la chaleur du site de l’usine L’Oréal de Libramont sont produites grâce à des déchets organiques issus de l’agriculture locale et l’industrie agroalimentaire. L’installation produit plus d’énergie que nécessaire au fonctionnement de l’usine, par conséquent, l’excédent d’électricité verte (équivalant aux besoins de +/- 5500 ménages) est injecté dans le réseau public. 

  • ODD 9 : Industrie, innovation et infrastructure : 

Précurseure en la matière et motivée par le Groupe, l’usine de Libramont a beaucoup investi dans d’importantes infrastructures environnementales  lui permettant de réduire ses déchets (en partie grâce à l’installation d’une serre de séchage des boues en 2014), sa consommation d’eau (Waterloop factory depuis 2019 suite à la combinaison de deux technologies (osmose inverse et évapoconcentration) et ses gaz à effet de serre (carbone neutre depuis 2014 la première usine du Groupe, grâce en partie, à l’installation de cette unité de biométhanisation).

  • ODD 12 : Consommation et production responsables : 

A travers les programmes « Sharing Beauty with All » (2013-2020) et « L’Oréal pour le Futur » (2020-2030), le Groupe L’Oréal encourage, entre autres, ses industries à produire de façon durable et à réduire drastiquement son impact sur l’environnement. 

Pour l’année 2020, l’ensemble des sites de production du Groupe avait pour objectif de réduire de 60% leur consommation d’eau, leurs déchets et leurs gaz à effets de serre par rapport à 2005.  

En termes de chiffres, en 2020, l’usine de Libramont a réduit de 34% ses déchets en Gramme/Produit finia recyclé en boucle 100% des eaux industrielles et était carbone neutre. 

A travers le programme « L’Oréal pour le Futur » le Groupe continue ses efforts et se donne de nouveaux ambitieux objectifs à atteindre d’ici 2030.   

  • ODD 13 : Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques : 

Le Groupe L’Oréal et toutes ses entités prennent d’importantes mesures pour limiter leurs impacts sur l’environnement et sur notre planète. Alors que son premier programme de développement durable « Sharing Beauty With All », », qui contenait une série d’objectifs ambitieux pour 2020, touche à sa fin, L’Oréal va encore plus loin dans ses ambitions environnementales avec le programme « L’Oréal pour le Futur ». Un programme stratégique via lequel le Groupe souhaite assumer une plus grande responsabilité, mobiliser l’ensemble de son écosystème et démontrer que les entreprises peuvent faire partie de la solution face aux défis auxquels le monde est confronté.

Ce programme est articulé autour de 3 axes : 

  • Transformer son activité pour respecter les limites planétaires.  
  • Associer son écosystème à sa transformation et lui donner les moyens d’adopter un modèle plus durable.  
  • Contribuer à relever les défis planétaires en répondant aux besoins environnementaux et sociaux les plus urgents.  

La technologie de biomasse est connue mais elle est fortement dépendante du contexte géographique et de la disponibilité des ressources.  

 Le projet mené par l’usine L’Oréal de Libramont est opérationnel et fonctionne sur notre site depuis plus de 10 ans. Pour garantir le succès du projet, un partenariat de fourniture d’intrants a été développé avec des industries locales (laiterie par exemple) sur le principe d’économie circulaire.

  • 2009 à 2020 : exploitation et gestion par tiers investisseurs privés ;
  • 2020 : rachat de l’installation par L’Oréal afin de maîtriser totalement notre autonomie énergétique.

Les autres projets de L'Oréal :